Logo du site d'Annie Zadek "Vues de l'esprit"
 

 

Le Cuisinier de Warburton

carré jaune Extrait

Il était donc juif ?

Par sa mère seulement.

J’ai entendu dire que les juifs pratiquent la circoncision sur une estrade formée par plusieurs hommes nus, à quatre pattes, côte à côte

La plaie doit ensuite être sucée avec les lèvres

Je ne savais pas qu’il était juif…

L’instrument de loin le plus utilisé est le couteau suisse à six lames

Ah, taisez-vous ! Vous me mettez dans TOUS MES ÉTATS

Voyons, ne sommes-nous pas arrivés à une époque où ces sujets peuvent être abordés avec le calme et la maturité d’esprit convenables ?

Toute sorte de mots sont devenus de véritables images obscènes, uniquement faute d’être prononcés à haute voix

(Et d’ailleurs, la parole comme le feu, purifie tout ce qu’elle touche)

Un nombre inconcevable de mots demeurent et demeureront des scandales permanents parce qu’ils ne sont jamais utilisés, jamais maniés

De simples mots finissent par devenir, ni plus ni moins, des symboles sexuels, des « sex-symbols », comme disent les Anglo-Saxons

> lire la suite

carré jaune Sur

Mon premier livre, Le Cuisinier de Warburton, raconte l’histoire...
Non. Il ne raconte pas d’histoires, il prend sa source à l’histoire vraie de Lord Warburton. Au début du XVIIIe siècle, vivait en Angleterre, un lord qui collectait avec ferveur les manuscrits des plus brillants auteurs de son temps. Comme tout mécène qui se respecte, Lord Warburton recevait volontiers ses amis écrivains autour d’excellents dîners où figuraient en bonne place les tourtes de son cuisinier. Or, dans un mouvement inversement proportionnel à celui, accumulateur, de son maître, le cuisinier, méthodiquement, utilisait les pages des manuscrits pour en recouvrir ses préparations culinaires avant de les mettre au four. Quelque quarante drames y passèrent, dont une douzaine de pièces de Massinger et au moins quatre de John Ford, l’éblouissant auteur de Dommage qu’elle soit une putain. Annie Zadek, La Nature du papier, 1998

> lire la suite

carré jaune Critiques

Cet hiver, Annie Zadek déposait en tapinois sur les étagères des librairies un tout petit ouvrage, que dis-je, une plaquette, plus riche et plus dense, cependant, que certains pavés qui font les beaux jours des épiciers. Le manuscrit léger qu’elle a adressé par la poste à Jérôme Lindon, un peu comme on jette une bouteille à la mer, et qu’elle a vu paraître, contre toutes les lois de l’édition (livre trop petit, texte poétique, auteur inconnu), est sa première sortie au grand jour. Une sortie qu’elle effectue à petits pas : nul récit suivi, mais une succession de paragraphes aérés, de groupes de mots savamment choisis, d’apophtegmes enlevés, qui sont autant de pierres blanches sur le chemin de la mémoire.
Un rapport avec l’écriture apparemment aussi solitaire que sincère, et une pratique de la littérature qui rejoint l’exercice physique. Jérôme Garcin, Les Nouvelles Littéraires, 1980

 

carré jaune Écoutez voir > théâtre / lecture / radio / extractions...

• Éditions de Minuit, 1979 (épuisé)
 

 

Couverture du livre d'Annie Zadek "Le cuisinier de Warburton"

Mise à jour le 12.06.2019 © 2017 Juliette Gourlat
lien vers l'actualité d'Annie Zadek